Perdons-nous aux pertes de la Valserine !?!

Oui oui j’ai osé ^^ !

C’était un beau dimanche de Décembre, plutôt doux pour la saison hivernale qui commençait juste. J’avais envie d’aller voir les pertes de la Valserine, du côté de Bellegarde (Ain).

C’est visiblement une balade dominicale très courue dans la région ; d’une part elle commence « en ville », ce qui évite même d’avoir à prendre la voiture quand on habite Bellegarde (ce qui n’est pas mon cas), d’autre part la boucle n’est pas très longue, elle ne présente pas de difficulté particulière et elle permet une marche de 1heure à 3 heures en fonction de la motivation du jour.
Enfin, en temps normal, car cet hiver toute la partie proche de la ville est fermée au public (pas que cet hiver puisque c’est fermé jusque fin mai 2014) : risques d’éboulement, mais aussi et surtout les autorités ont constaté beaucoup de dégradations sur les bâtiments jouxtant le chemin du côté de la ville. C’est en particulier le cas d’une ancienne biscuiterie, que j’aurais quand même bien « vue » de près, car l’urbex m’attire énormément.
Donc, changement de plan, on reprend la voiture pour aller se garer plus près du départ « haut », le plus proches des pertes.

Mais que sont donc exactement ces pertes ?

Une sorte de canyon dans laquelle la Valserine s’engouffre et perd une dizaine de mètres d’altitude ; c’est finalement une sorte de cascade encaissée au milieu de rochers !

C’était plus une balade de repérage qu’une vraie sortie photo, d’autant que ma compagne m’avait accompagné et je ne me sentais pas de la faire poireauter des heures pendant que je cherchais la composition « ultime ».

C’est d’ailleurs pour cela que ma photo préférée de la session n’est même pas une photo du sujet pour lequel j’étais venu au départ, mais une toile d’araignée complètement perlée de gouttes d’eau, que j’ai aperçu « par chance » sur le chemin du retour :

Ribambelle de gouttes

Mais j’ai quand même tenté quelques poses longues, avec un filtre « gadget » que j’avais acheté pour le timelapse au départ : un filtre ND d’intensité variable.
Note pour plus tard : se rappeler de ne JAMAIS acheter de filtre au rabais. En effet, entre le pas de vis à 2 balles, les dérives de couleur (bon passe encore) non uniformes sur la photo (là c’est rédhibitoire par contre), j’ai cru que j’allais péter un plomb pendant la balade… Mais ce n’était rien comparé au moment où j’ai regardé mes photos sur mon pc en rentrant. Ma déception était vraiment grande…

J’ai quand même essayé un traitement n&B sur les poses longues, dont les « meilleurs » (euu les moins mauvais devrais-je plutôt dire) résultats sont plus bas…

Voici donc l’ensemble des photos en version « cliquable » ainsi que la traditionnelle planche-contact annotée de la session :

Conclusion : je l’aurais un jour, je l’aurais 😉

 

 

20 commentaires pour Perdons-nous aux pertes de la Valserine !?!

  1. C’est vrai que la première est très très chouette ! C’est toujours assez magique ces perles de rosée sur les toiles d’araignées et on ne se lasse jamais de leur graphisme !

    • Merci Laurence.
      C’est clair que je ne me lasse jamais avec les gouttes dans les toiles d’araignée ; surtout que celle-ci avait vraiment une forme particulière, ou en tout cas que je n’avais pas rencontrée souvent 😉

  2. Haha…il a osé… J’me demande ce que ça va être pour la tour percée…. Pertes, Valserine, tour percée, j’commence à prendre peur…. rire
    Sinon, J’ai une préférence pour la première 🙂 La PDC et au p’tit oignon je trouve… C’est beauuuuu

    • Ok j’ai trouvé : tu as mis ton author url sans le www. et le lien vers le billet a un www.
      Comme le plugin filtre par défaut si les 2 url ont une base différente, ton lien ne s’affichait pas.
      J’ai modifié l’author url en rajoutant le www. pour que ton lien s’affiche 😉

  3. Et un endroit de plus à aller visiter. Bon ça commence à faire une trotte de Besançon tout de même. Moi je préfère le détail sur le barrage. J’aime bien ces vieux métaux tendance rouillé. On se prononcera sur les poses longues quand tu auras investi dans un filtre potable 😉 Mais le lieu a du potentiel.
    Dernier billet de Stéphane : La baie d’Hạ Long : le joyauMy Profile

    • Merci Stéphane !
      Oui ca fait un bout quand même depuis Besançon.
      J’ai un (des) filtres potables (cf. mon billet sur les cascades à St-Claude de l’année dernière), mais là je voulais tester le nd variable que j’avais pris au départ pour les timelapses… Déçu déçu déçu

Un ping pour Perdons-nous aux pertes de la Valserine !?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge