5 [+1] Astuces de « Jet d’ail » pour la photo panoramique par assemblage

La Boite à Photos

LA BOÎTE À PHOTOS, KÉSACO ?

Une quinzaine de blogs photo francophones qui se réunissent chaque mois pour vous parler d’un sujet commun, mais avec des approches différentes !
Le logo est réalisé par Laurent Vaissade (jogg.com)
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook   –   Twitter.
Plus d’infos sur la Boite à Photos : billet de lancement du projet par Laurent.

Après Laurent du blog Apprendre la Photo,
Alexandra du blog Mon Cours Photo,
Aymeric du blog Le Tiroir du photographe,
Marc du blog Explorations photographiques,
c’est de nouveau au tour d’Aymeric (Le Tiroir du photographe) d’accueillir La Boite à Photos.

Le thème de cette cinquième édition est :

« Technique photo préférée »

Tu te sens à l’étroit dans tes cadrages 3:2 ou 4:3 ?

Les panoramiques par recadrage, c’est bien pour débuter et exercer son oeil au format panoramique, mais cela a ses limites :

  • limité par tes objectifs disponibles
  • Impression grand format potentiellement délicate, voire impossible.
  • le Noblex 06/150 et/ou le Fuji G617 sont hors de tes moyens (et en plus c’est de l’argentique, pouah !)…

Découvre donc quelques astuces et apprends le panoramique par assemblage !

Disclaimer : je n’ai pas la prétention de vouloir tout couvrir dans ce billet ; celui-ci ne constitue en aucun cas un guide complet de la photo panoramique ! C’est plutôt un recueil plus ou moins synthétique de mes différents apprentissages dans l’art du panoramique par assemblage !
Je te laisse si besoin consulter le magnifique travail d’Arnaud Frich sur son site, qui sera bien plus exhaustif que tout ce que je peux écrire ici !
Si tu aimes, je ne peux que te recommander également son DVD, que j’ai acheté, et qui est super complet et didactique !
(Non je n’ai pas de % sur les ventes ^^)

1 – à 90° degré du sens du panoramique, ton boîtier tu orienteras

Si tu shootes un panoramique horizontal, oriente ton boitier (ou ton compact ca marche aussi) en portrait, et lycée de versailles (pour un panoramique vertical, shoote en mode paysage…)
Tu comprends c’qu’j’te dis ou tu comprends pas c’qu’j’te dis ?

Mais pourquoi que comment se fait-ce ?
Parce que, na 😛
Plus sérieusement, je vois deux raisons majeures :

  • tu couvres un champ plus large sur ce qui deviendra le côté le moins large du panoramique…
    Cela fera donc une plus grande surface, et donc une impression plus grande possible. Cela laisse également plus de marge pour recadrer si le besoin s’en fait sentir !
  • tu imprimes beaucoup de panoramiques pour les afficher en grand dans ton couloir d’entrée ? Non, j’en étais sûr…
    Alors pourquoi faire des panos avec un côté 10 fois plus long que l’autre ? C’est pas très lisible sur un écran. Bon après, si tu te spécialises dans ce format et que tu ne fais que ça (cf. l’astuce jet d’ail 5), tu as raison, mais je maintiens, c’est pas facile à voir sur un écran ! Et si tu ne fais que les imprimer pour les afficher, c’est que tu as beaucoup de murs longs chez toi, je suis jaloux… 😉

Alors, certes, pour couvrir le même angle de champ sur le côté le plus long, il va falloir faire plus de prises de vue, comme on peut le voir dans les 2 exemples ci-dessous, mais ça te permettra d’obtenir des ratios d’images « plus humains » en 1:2, 1:3 ou 1:4 beaucoup plus facilement et en incluant plus d’éléments du paysage :

Bon, et je t’ai entendu le p’tit malin du fond à gauche (oui oui, toi qui es avachi sur le radiateur là ! ) : oui on peut faire plusieurs « rangées » de prises de vue pour balayer tout le panorama qui nous plait, avec le boitier dans la même orientation que le panoramique que l’on souhaite faire, mais je trouve que c’est rajouter encore de la complexité à un exercice déjà pas évident les premières fois que l’on s’y met !
Alors j’ai envie de dire : « Step by step approach » ! Commence à 90° sur une seule rangée, et quand tu te sens au taquet fais du multi-rangée !
Mais fais comme tu veux surtout 🙂

Dans tous les cas on n’oublie pas d’avoir 20 à 30% de zones de recouvrement entre les images pour pouvoir les assembler ensuite…
Rien de plus désagréable de voir à la maison en traitant les images que le magnifique pano qu’on a prévu sur la chaine de massifs du Mont-Blanc à Annecy ne pourra jamais être rendu en un seul morceau car il manque une petite zone de recouvrement entre 2 images de la série… GrrrRRrrrRRR
(Expérience vécue il n’y a encore pas si longtemps… Et on ne se moque pas au fond !!! 👿 )

2 – La pupille d’entrée, dans la mesure de tes moyens, tu respecteras

Plus généralement connu sous le nom de point nodal (même si techniquement les 2 notions sont différentes quoi que proches, mais mes cours d’optique sont loins, très loins même, et je ne saurais expliquer concrètement la différence exacte entre les deux notions sus-mentionnées… Si un opticien passe par là, qu’il n’hésite pas à compléter dans les commentaires ^^).

Bon, ca c’est dit, mais ca va nous servir à quoi ?
(A rien, c’était juste pour faire avancer le shimimili euuu le schmilliiibibli euuu…. )
Nan j’déconne !

En gros, c’est le point autour duquel il faut tourner pour s’assurer qu’il n’y ait pas de décalage entre le premier et l’arrière plan. C’est, comme tu peux l’imaginer, stratégique pour les panoramiques avec un premier plan (très) proche comme à l’intérieur d’une pièce ou encore sur les panoramiques 360°x180°.
En plus, ce « point » varie en fonction du matériel photo utilisé, et changer la focale d’un zoom modifie également la position de ce point par rapport au capteur de l’appareil photo.

Ok, cool, je vois dans tes yeux que tu as compris le principe (je sais je suis très fort, je te vois derrière ton écran ^^ ; d’ailleurs fais-moi le plaisir d’enlever les doigts de ton nez… Voilà c’est mieux ! ), mais tu vas me demander comment ça se passe dans la pratique… Et ça tombe bien, parce que c’est bien ce que j’entendais faire !

A partir de là, il y a deux possibilités :

  • tu as une tête panoramique et tu veux la régler (ou tu vas t’en procurer une bientôt et tu veux savoir comment faire, petit impatient !!!)
  • tu n’as pas de tête panoramique, et tu penses que tu vas en c****… Tu n’as pas tout tort, mais je vais te prouver qu’il existe des solutions ;-). L’astuce « jet d’ail » suivante (la 3 si tu es perdu) est d’ailleurs toute faite pour toi 😉

Dans le premier cas, je te conseille vivement de choisir le matériel que tu vas utiliser avec celle-ci et de t’y cantonner le plus possible : cela t’évitera de changer les réglages de la tête en permanence ; si tu souhaites quand même changer régulièrement, note tes réglages quelque-part (sur la tête pano directement c’est le must !) pour ne pas recommencer depuis le début à chaque fois (même si comme tu le verras, c’est assez simple en fait).
C’est bon ?
Alors, jette un coup d’oeil à ce magnifique tuto : le réglage avec la grille (tuto pdf à télécharger depuis le site en lien)
Il en existe plein d’autres, je te laisse googler tout cela (je l’adore toujours autant cette blague. 2nd degré inside, je t’aurais prévenu…)

Une fois ta tête réglée, va shooter, tu pourras obtenir des résultats sympas et très propres en terme d’assemblage :

SFP_130113_4670-4730

Mais alors, et pour toi dans le fond, la tête basse et l’oeil humide, qui n’as pas les moyens de te payer une tête pano, ou qui ne te sens pas assez bricoleur pour en réaliser une, ou qui simplement ne sais pas encore si tu as envie de faire de la photo panoramique sur le long-terme et donc pas forcément envie d’y consacrer un budget de folie ? Tu penses que je t’ai oublié ?

Que nenni, je vais t’enseigner l’astuce « jet d’ail » ultime du panoramiste en herbe : le fil à plomb (perso je l’appelle la tête pano du MUL (Marcheur Ultra Léger), je l’ai utilisée un moment 😉 ) !

Gné ?!?

Pour réussir ta recette, il te faut de la ficelle quelconque (mais fine tant qu’à faire), une masse pour lester le fil (pas besoin d’un truc de 500g non plus, hein, c’est pour suspendre au bout du matériel photo ^^, un boulon de 16 fait l’affaire : c’est juste pour tendre la ficelle), et connaitre le point nodal pour la configuration photo que tu as choisie.
Pour les 2 premiers, je te laisse te débrouiller, j’ai confiance en toi, tu vas trouver cela dans tes tiroirs ou chez ton voisin ; mais demande lui d’abord à ton voisin, hein ?
Pour connaitre le point nodal, consulte une base de donnée des pupilles d’entrée, genre celle de panotools.

Prenons un exemple bidon pour la démonstration : pour un Nikon D80 (L1=40mm) et un Sigma 10-20mm F4-5.6 EX DC que nous utiliserons à 10mm (soit L2=62mm).
On a L1 + L2 = 10.2 cm.
Tu vas donc devoir accrocher ton fil à plomb à 10,2cm du plan du capteur du D80 pour avoir le repère de la pupille d’entrée. Tu peux repérer le plan du capteur sous le boitier en général, ou sur le côté ; le symbole étant en général un phi grec ( Φ ). Dans tous les cas, ton manuel indique où c’est marqué sur ton boitier, donc lis-le (une fois, au moins !).

Tadam ! Tu as accroché ton fil à plomb à ton objectif, à peu près à la distance idéale (on n’est pas à un micron près, je te rassure) et tu ne sais pas comment enchaîner ?
Rah, tu manques d’imagination, je suis déçu…. Mais bon, je suis là pour ça et je vais quand même t’aider :

  1. prends un repère au sol
  2. place la masse de ton fil à plomb SUR ton repère. Il te sera peut-être nécessaire d’ajuster la hauteur du fil à plomb, mais comme tu as pris assez de ficelle, et que tu sais faire un noeud coulant, tu vas t’en sortir en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire…
  3. Prends tes images successives en t’assurant bien d’avoir toujours la masse au dessus du même repère avant chaque déclenchement
  4. Assemble tes images, c’est magique.

Clairement, ce système de fil à plomb a ses limites : pour un sphérique complet (360°x 180°), c’est franchement chaud (mais gérable avec un AUTOPANO 3 derrière et en étant super propre à la prise de vue). Le plus dur étant de gérer les prises de vue du NADIR (le sol en dessous) et du ZÉNITH (le point au dessus) sans trop bouger de la position idéale… et accessoirement avoir des sujets assez statiques ^^
Néanmoins après un petit temps d’apprentissage, ça dépanne TRÈS bien, et vu la place et le poids que ça occupe dans le sac photo, ça ne vaut franchement pas le coup de s’en priver !

3 – … Mais sans tête panoramique te débrouiller tu sauras

Déjà, tu peux utiliser ta tête pano du MUL. Mais sache également t’en sortir sans… Oui oui,c’est gérable (mais pas pour tout, nous sommes d’accord !)

Ensuite, le tout c’est de comprendre que le problème d’alignement du premier et de l’arrière-plan n’existe que s’il y a deux plans (au moins) dont un « assez » à « très » proche. Si ton sujet est une montagne ou un massif montagneux et que tout ce qui compose ton pano est à quelques kilomètres de toi, tu vas shooter au 50mm au lieu du 10mm et tu peux donc considérer que tu as un seul plan et t’affranchir de cette problématique de point nodal… Ouf !

Mais dès que tu as un premier plan assez proche, si tu n’as pas ton fil à plomb, essaie au moins de te l’imaginer et de tourner autour  ; c’est en général plutôt proche de la lentille frontale, et c’est mieux que de tourner en prenant son corps comme axe de rotation (si tes pieds ne bougent pas entre chaque photo, tu es dans ce cas 😈 )
C’est pareil que le fil à plomb, avec un peu de pratique ça se passe de mieux en mieux (et on arrive même à faire des panos « droits » entre toutes les prises de vue 😳 )

A noter que toutes les photos (sauf le 360° au-dessus) ont été réalisées à main levée (même celle de nuit, même le HDR, oui oui), c’est à se demander pourquoi je m’étais donné la peine de prendre mon trépied pendant ce we 😉
Alors c’est vrai que pour celle ci-dessous, j’ai respecté « à la louche » (voire à la popotte complète en fait ^^) la pupille d’entrée, je me suis pas mal reposé sur la puissance de mon logiciel de traitement panoramique (autopano 3), ca passe quand même 😳 (il y a sûrement de p’tits problèmes d’assemblage sur les tables, mais comme c’est juste pour illustrer l’article, ca ira 😉 aie pas taper)

SFP_130112_4514-4519

4 – En manuel les rendus homogènes tu obtiendras

La photo ci-dessous est représentative d’un panoramique pris en mode « Priorité Ouverture » avec des zones sombres proches de hautes lumières. Autant la transition à droite de celle-ci est plutôt homogène, autant à gauche on voit clairement le problème de transition. SFP_130113_4557-4566

Mais comment se fait-ce ? Rumines-tu intérieurement et intelligemment, j’en suis convaincu.

C’est simple, les temps de pose sont les suivants, de gauche à droite : 1/250s., 1/250s., 1/400s., (…1/400s. …), 1/320s., 1/250s., 1/200s., 1/160s.
La transition entre la 2ème et 3ème photo est de 2/3 Ev, alors que la transition est 1/3 Ev pour la partie droite de l’image finale (du moins il me semble).
Sans plus d’attention en post-prod on voit donc vite une transition disgracieuse sur toute la verticale du pano.
Bon, ça se soigne légèrement en sur-exposant de 1/3 Ev la 2 ème photo sous Lightroom avant l’assemblage dans ce cas, mais on ne peut pas non plus faire des miracles, donc ne te réjouis pas trop vite 👿 ! Ca ne marche pas à tous les coups malheureusement 🙁

Donc, shootons en mode M et… (comme les lecteurs les plus réguliers l’auront sûrement déjà deviné 😈 ) désactivons l’autofocus après avoir réglé la netteté à l’endroit de ton choix, de préférence le bon d’ailleurs 😉 !
NdA : pour toi qui arrives juste par hasard sur ce site [mais je l’espère un peu moins par hasard sur ce billet], j’apprécie beaucoup tout ce qui s’approche de la photo sans autofocus, voire même sans mesure de lumière intégrée, c’est plus fun ^^.

Cela fonctionne même dans des conditions difficiles et/pour obtenir des rendus vraiment homogènes et spécifiques :

SFP_130112_4485-4504

Bon, une petite dernière astuce avant de passer au point suivant : pour la mesure de lumière, si tu photographies un lever/coucher de soleil. Prends la mesure spot et règle ton mode M à la valeur que tu verras pour une zone du ciel proche de là où le soleil va se lever. Ainsi tu auras de jolies couleurs dans le ciel et de belles ombres chinoises avec le paysage devant toi !
[Et ON N’OUBLIE PAS DE NE JAMAIS POINTER LE SOLEIL DANS SON OBJECTIF DIRECTEMENT : ça aveugle très rapidement !] <- Bon ne te méprends pas, je sais que ça ne sert à rien de te dire cela, surtout en majuscules (Diantre !) et de toutes façons je ne suis pas responsable de ce que tu fais avec ton matériel, mais c’est juste que si t’es aveugle, comment puis-je penser que tu vas revenir lire mes conneries ou regarder mes photos 😈 ?

5 – De tes ratios d’images préférés en quête tu te mettras

Autant là dans ce billet il y a un peu de tout en terme de ratios d’image (mais bon j’ai une excuse : c’est pour les besoins du billet), autant d’habitude je me cantonne (et me limite même) à quelques formats d’images :

sfp_pano_sel_planche-contact

  • 1:3 pour environ 1/3 de mes panos
  • 1:2 pour un peu plus de la moitié de ceux-ci (même pas fait exprès promis, je le vois juste en écrivant le billet)
  • 1:1 pour environ 10% (pour les planètes de la série Valse des Mondes par exemple)
  • quelques rares 1:4 se promènent au hasard de ma galerie, mais ils portent bien leurs noms : rares

Pourquoi ce choix ? Me demanderas-tu avec perspicacité…

Pour avoir une certaine cohérence « dans la longueur » d’une part, car « c’est plus joli » bien rangé dans une galerie, et ensuite car cette « contrainte » (qui n’en est plus réellement une à force) permet d’exercer son oeil à « voir au format panoramique« … Ce qui est en définitive le plus important : l’intention photographique en version panoramique 😉
A noter également que les problématiques de composition sont toujours de la partie… Mais évidemment à transposer au format panoramique 😉 !

[+1] Les pano HDR dans le bon ordre tu post-proderas

Toi aussi (*) tu es un peu comme moi « légèrement » bourrin dans ton approche et tu t’es lancé dans le pano HDR à main levée, et tu as raison : ce n’est pas (forcément, hm) une hérésie, et contrairement à Garcimore « ca marche » :

SFP_130113_4526-4555

Le tout est de faire les choses dans l’ordre :

  1. Pour la prise de vue n’oublie pas les conseils ci-dessus, et n’oublie pas non plus les réglages spécifiques au HDR (bracketing selon ton envie et/ou limites de ton matériel et mode rafale de préférence  c’est plus simple… En cas d’usage de trépied, la télécommande s’avère une option intéressante à plus d’un titre)
  2. Si tu shootes en RAW (ce que je tends à recommander par défaut, mais bon c’est ton choix ensuite), dé-RAW-tise avec un dé-RAW-tiseur dédié et exporte pour ton logiciel d’assemblage, même s’il est capable de dé-RAW-tiser. A chaque logiciel sa tâche et à chaque tâche son logiciel !
  3. Ensuite, assemble toutes les photos de tous les brackets dans ton logiciel favori (j’utilise Autopano, il est payant mais bon, mais payant, mais très bon ! – non je n’ai pas de pourcentages sur les ventes, ni d’arrangement avec Kolor ; même s’ils sont partenaires de mon concours photo en ce moment)
  4. La clé étant bien d’assembler toutes les photos, et d’exporter les différents calques avec chaque exposition.
  5. Tadam, tes calques « panoramiques » sont prêts à être traités selon ta méthode HDR favorite. En plus, de la sorte (et avec Autopano en tout cas), plus besoin « d’aligner » tes photos, même si tu les as prises à main levée : ton logiciel d’assemblage panoramique les a déjà alignées pour toi une fois, pas la peine de recommencer 😉
    Dans le doute (et c’est l’avantage de la boite à photos), n’hésite pas à consulter l’article d’Aymeric à ce sujet.
    Perso j’utilise Oloneo PhotoEngine (là encore payant) après avoir longtemps utilisé le réputé Photomatix ; je préfère les rendus réalistes que j’arrive à obtenir avec PhotoEngine en fait.

(*) Bon j’avais envie de placer la blague de Coluche sur le couvreur de toit, mais elle passe beaucoup moins bien à l’écrit quand même 😳 (je suis déjà dehors)

Conclusion

Tu l’as compris, le panoramique par assemblage, je trouve ça fun !

Alors oui c’est vrai ça rallonge toutes les étapes (Prise de vue comme post-prod) et cela demande une certaine maîtrise (qui s’acquiert vite si on est passionné), mais d’un autre côté, quand tu arrives à sortir un truc sympathique et que tu peux te l’imprimer en grand format pour chez toi ou pour offrir, c’est franchement top !

Par ailleurs (oui c’est capillotracté, je te l’accorde bien volontiers), tu t’affranchis des limites de ton parc de matériel : si tu n’as qu’un 35mm, avec cette technique, tu peux quand même couvrir le champ que couvre un Fish-Eye 8mm… Bon alors c’est sûr qu’il te faudra plus de clichés, mais c’est gérable. C’est d’ailleurs le principe sous-jacent des deux concepts suivants :

  • Les projets Gigapixels (comme celui de Paris, par Arnaud Frich) ; le principe est d’utiliser un téléobjectif et de prendre un nombre très important de clichés avec une tête spécifique (une « Gigapan ») pour couvrir un champ très large ; cela permet des impressions gigantesques (il y avait le « Paris 26 Gigapixels aux Rencontres Photo du Genevois en 2011, c’était impressionnant !!!) et sur un écran, ca permet de zoomer à fond dans l’image en conservant une qualité de visualisation importante.
  • Le travail du photographe de mariage Ryan Brenizer, dont on a justement appelé la méthode idoine « Méthode Brenizer » (lien en anglais, désolé pour les non anglophones ; cela dit le schéma de la méthode ne nécessite pas de traduction !)

Vous avez vu comment je suis sympa ? Je vous ai appris à vous passer de nouveaux objectifs grand-angle 😉

[Oui je suis déjà dehors une nouvelle fois !!!]

33 commentaires pour 5 [+1] Astuces de « Jet d’ail » pour la photo panoramique par assemblage

  1. Bonjour Sébastien !

    Et bien, quelle affaire !!! C’est vraiment intéressant et je me disais que de la macro en panorama doit pourvoir être sympa aussi, non ?

    Bravo pour cet article vraiment très très complet malgré ce que tu dis !

    A très bientôt 🙂
    Laurence

    • Merci beaucoup Marc. 😳 ca me touche beaucoup ; j’essaie d’affirmer de plus en plus un style spécifique, pour me démarquer de mes collègues blogueurs… Bon après, on aime ou on n’aime pas…
      Mais ton commentaire me prouve que je fais bien d’essayer en tout cas 😉

    • Merci Darth !

      Oui et tu le montres aussi bien mieux que moi dans ton article ; comme quoi c’est bien valable dans tous les domaines : avec de l’imagination on remplace des fois un budget important… En plus ca fait du bien de se décrasser le cerveau à chercher des solutions 😉

  2. Salut Seb,

    Puisque tu réclames du commentaire sur le point nodal, en voici (bien que je ne soit pas opticien) : j’avais moi aussi écrit un article sur le panoramique par assemblage, il est d’ailleurs interessant d’y confronter nos points de vue tant au niveau de la prise de vue que du post-traitement

    Concernant le point nodal, c’est un nom donné à tort pour désigner en fait la pupille d’entrée de l’objectif qui n’est autre que le point de rotation « idéal » ou son centre optique.

    Bel article qui rejoint La Boite à Photos !

    Aymeric

    • Hello.
      Merci pour le lien complémentaire à ce billet !
      Pour le point nodal, pas d’accord du tout ; c’est une notion très clairement définie en Optique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Point_nodal
      Là où je te rejoins, c’est que les panoramistes ont « approximé » la notion de pupille d’entrée comme étant le point nodal.
      Ce qui me chiffonne dans cette histoire, pour être plus précis, c’est que je comprends la définition de point nodal ; par contre je n’arrive pas à trouver une définition convenable de la pupille d’entrée, ou en fait plus exactement à déduire les propriétés utiles (« Point de rotation idéal » pour minimiser les défauts de parallaxes) à mon discours ;
      En définition « sympathique », j’ai trouvé cela (Merci Canon !!!) : http://software.canon-europe.com/files/documents/EF_Lens_Work_Book_10_FR.pdf

      Merci pour le compliment 🙂

  3. Bravo pour ce bel article sur les panoramiques.
    C’est un sujet qui me chatouille lorsque je vois un beau paysage.
    Apparemment je fais une bêtise lors de mes prises de vue puisque je fais tourner mon APN sur le monopole.
    Enfin, le plus important est d’avoir compris et de pouvoir corriger les erreurs.

    PS : J’aime aussi le ton décalé de l’article.
    Dernier billet de snash : [Instagram] Cette photo n’est pas en noir et blanc. Il y a 5 cm de neige. #alsace #ter #neigeMy Profile

    • Hello snash !
      Merci de ton passage 🙂

      Ce n’est pas forcément une bêtise d’utilise le monopode, si tu n’as pas de 1er plan trop proche.
      Après il existe également des montages spécifiques pour les monopodes où une sorte de cercle (ou collier) qui se fixe d’une part sur le monopode et d’autre part te permet de fixer ton reflex + obj. au niveau de la pupille d’entrée.
      C’est au top du top pour une configuration légère mais propre en terme de prises de vue, même avec des premiers plans proches !!!

      Merci pour le ton décalé, c ‘est le but recherché, et je suis content que cela (te) plaise !

    • Marc, ne t’inquiète pas, il est au bon endroit ; c’est juste que de temps en temps mon plugin d’intégration des commentaires à Facebook me met les commentaires postés ici à double ; et toi tu as vu le doublon (le bon est correctement placé là-haut)

  4. Un bel article plus « technique », mais fort intéressant!

    En lisant les commentaires sur les panoramique macro, cela me semble très opportun … j’ai hâte de voir tes premiers résultats!

  5. Sympa et instructif comme article.
    C’est tout con, mais la première astuce consistant à tourner son appareil de 90°…ça va me servir 🙂
    J’ai déjà tenté le pano hdr à main levé, mais c’était pas beau à voir…

    • Merci 😳

      Content qu’au-delà de mon délire, certains trucs puissent servir.

      Qu’est-ce qui s’est passé avec ton HDR à main levée ? Tu saurais dire ? (prise de vue / post prod ???)

  6. Je ne tenterai pas le HDR demain, mais j’utilise souvent la méthode d’assemblage quand le recul n’est pas suffisant pour photographier une scène complète.
    La difficulté c’est l’alignement photoshop n’est pas toujours tres bon. Mais peut être qu’un jour j’utiliserai autopano …
    Dernier billet de Pyrros : Neige sur Toulouse le 20 janvier 2013My Profile

    • Ah si tu testes Autopano, tu risques d’avoir du mal à utiliser autre chose après 😉
      Depuis que j’ai téléchargé la version d’essai pour la première fois il y a 4 ans, je n’ai plus utilisé autre chose 😉
      (et j’ai acheté la licence entre-temps, la version d’essai ne dure pas aussi longtemps 😉 )

      Très bonne remarque en passant le coup du manque de recul, très pertinent comme méthode à utiliser effectivement !

  7. Très intéressant tout ça !!

    J’ hésite quant à mon choix de rotule panoramique, je ne voudrai pas m’ y ruiner, mais ne veut pas un jouet, il y sera poser dessus, 5d m ii + grip + 24-70 f/2.8 , faut que ça tienne un minimum, donc, si vous aviez des marques et modèles à me conseiller, je suis preneur 🙂

    Bonne soirée

    • Je ne connais malheureusement pas tout ce qui se fait sur le marché, mais vous trouverez des têtes panoramiques chez Nodal Ninja (ma tête pano est de chez eux), Manfrotto et sûrement d’autres marques photos vendent ce type de matériel.
      Après clairement, ce n’est pas donné ce genre de jouets 😉
      Si c’est hors budget il y a des solutions très robustes en « diy » (cherchez sur Internet, vous trouverez beaucoup de projets), mais il faut avoir l’âme bricoleuse et selon la finition/technicité du modèle on peut avoir besoin de sacrés outils !!!

    • Bonjour,
      De rien et merci pour votre commentaire.
      A noter que les pseudos SEO NE sont PAS les bienvenus ici, j’ai modifié cette fois, la prochaine c’est direct en spam !
      (hé oui, je suis un ours grognon)

  8. C’est marrant, j’avais jamais pensé à orienter mon appareil en portrait pour les panoramiques, il va falloir que je test ça.
    En tout cas super article, bien complet, bon boulot !

    • Effectivement un des premiers trucs super-efficaces pour éviter les photos « corde-à-linge ».
      Ravi que le contenu plaise ; ca fait toujours plaisir par rapport au temps passé !

5 pings pour 5 [+1] Astuces de « Jet d’ail » pour la photo panoramique par assemblage

Répondre à La photo au grand-angle numérique | Marc Charbonnier Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge