5 [+1] projets photo d’intérieur pour un hiver au chaud

La Boite à Photos

La Boîte à Photos, Késaco ?

Une quinzaine de blogs photo francophones qui se réunissent chaque mois pour vous parler d’un sujet commun, mais avec des approches différentes !
Le logo est réalisé par Laurent Vaissade (jogg.com)
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook   –   Twitter.
Plus d’infos sur la Boite à Photos : page sur sfphotos.fr et billet de lancement du projet par Laurent.

Après Laurent du blog Apprendre la Photo,
Alexandra du blog Mon Cours Photo,
Aymeric du blog Le Tiroir du photographe,
C’est au tour de Marc  du blog Explorations photographiques d’accueillir La Boite à Photos.

Le thème de cette quatrième édition est :

« L’hiver »

Vous êtes frileux ?
Vous n’avez pas lu plus tôt les principes de base pour vous couvrir quand il fait vraiment froid ?
Vous ne pouvez pas, ou vous n’avez pas envie, de vous équiper pour affronter les températures négatives ? (« Ne lui jetez pas la pierre, Pierre » disait Thérèse)
Ou vous avez tout simplement une ÉNORME crise de flemmite aiguë vous empêchant de lever votre satané séant de ce maudit canapé ? (alors je ne parle même pas de passer le pas de la porte d’entrée de l’immeuble 😉 )

Pourtant une envie vous taraude, que dis-je, vous ronge, vous brûle de l’intérieur, bref quelque chose vous turlupine :
« Mais euhhh j’ai quand même envie de faire un peu de photo pendant mes 6 (ou 9 au fin fond du Jura ^^ 😈 ) mois d’hivernage !!! »
(l’hibernation est malheureusement réservée aux animaux qui dorment pendant tout l’hiver, raah les malins je suis jaloux j’aimerais bien savoir faire comme eux !)

Comment que quoi que faire alors ?

Des projets photo d’intérieur à faire chez soi

(ou chez son voisin, mais c’est moins pratique… Enfin sauf si vous avez les clés 😈 )

1 – Visitez chez vous avec un nouvel oeil

SFP_120415_5920

Branchez votre objectif macro (ou mettez soit une bonnette soit une bague allonge à un de vos objectifs) et partez à la découverte d’un « nouveau » chez vous.

Tout est bon à prendre :

  • textures
  • motifs
  • autres détails divers et variés
  • petits objets du quotidien
  • gouttes d’eau sur les vitres si le temps est à la pluie

La seule limite est votre imagination 😉

Pour aller plus loin

Pourquoi ne pas  rechercher des objets anciens dans le grenier de vos parents / grand-parents et commencer une série « Trésors oubliés » ?)

2 – Fête des gouttes

SFP_110731_3808

Cela nécessite un peu plus de mise en place et de matériel, mais c’est très facile avec un peu d’imagination :

  • un récipient (testez différentes tailles, formes et couleurs, cela donne des rendus complètement différents), plus ou moins rempli d’eau (pareil, cela donne des rendus différents)
  • une bouteille d’eau plus ou moins remplie d’eau, dont le bouchon est percé d’un trou plus ou moins gros en fonction de la taille des gouttes que vous voulez faire
  • Idéalement un ou plusieurs flashs commandés à distance à placer autour en fonction du nombre, mais au début j’ai fait sans avec une bonne grosse vieille lampe de chantier à 500 W pour avoir beaucoup de lumière (idéalement à diffuser un peu dans ce cas quand même ^^).
    Essayez en tout cas d’avoir le plus de lumière possible pour conserver des vitesses d’obturation rapides tout en gardant  un ISO aussi faible que possible.
  • Une grosse pince et un tabouret ou une chaise, pour suspendre et fixer la bouteille d’eau « qui goutte ». Testez également différentes hauteurs pour la bouteille, n’oubliez pas de viser le récipient une fois que celle-ci est remplie !!!
  • un appareil photo sur trépied avec un objectif macro (ou avec bonnette / tube-allonge) ; mais vous pouvez tester d’autres focales en fonction de votre matériel et envies.

Au rayon des astuces que j’ai découvert, citons quand même, entre autres, celle pour faciliter la mise au point (je déconseille fortement d’utiliser toute mise au point automatique pour réaliser ce genre de photos, c’est tellement simple à régler à la main – non ce n’est pas juste parce que mon objectif macro est sans autofocus, promis 😈 ) :
Il suffit de poser un objet comme une pointe de stylo ou de crayon à l’endroit où la goutte d’eau tombe dans le récipient. Une fois stabilisé il suffit de faire la mise au point dessus (avec l’auto-focus si vous y tenez, mais n’oubliez pas de le désactiver ensuite) et hop on enlève le stylo pour shooter.

Pensez à utiliser une télécommande pour éviter les flous et faciliter la synchronisation entre les gouttes qui tombent et votre déclenchement.

Si vous utilisez des flashs (déportés bien sûr ^^ ) pensez au mode manuel et variez la puissance au besoin en contrôlant les premières photos ; de la même manière passez en M sur le boitier : ouverture assez petite pour la netteté, en fonction de vos goûts, et temps de pose le plus faible possible avec votre flash (cherchez dans vos manuels 😈 ).

Sans flash essayez le mode S qui devrait être le plus confortable à utiliser dans ce cadre.

Pour aller plus loin

Il y a plein de variantes et de trucs à tester : colorer l’eau, changer le liquide (lait, huile),  jeter des objets plutôt que des gouttes (plus technique), …

N’hésitez pas à farfouiller le Net à la recherche d’idées !

Quelques ressources sur Internet :

3 – Passez aux signaux de fumée

05/52 - Courbe

Au niveau du matériel, il vous faudra :

  • Un fond (différentes couleurs sont possibles en fonction du rendu que vous souhaitez avoir. Utilisez ce que vous avez  (drap, couverture, plaid, grande feuille de papier de couleur, …). Les fonds sombres donnent les meilleurs rendus selon moi, mais ce n’est peut-être qu’une question de goût !
  • un flash ou une lampe (pas besoin forcément du projecteur de chantier là, ca va moins vite que les gouttes !). Le mieux (en tout cas ce que je préfère) est de réaliser un éclairage de côté de la fumée.
    Si vous utilisez un fond noir, pensez à faire en sorte que l’éclairage ne l’éclaire pas, cela vous facilitera la tâche 😉 : utilisez un cache fixé avec du scotch pour ce faire. Ou mettez / fabriquez un snoot pour diriger la lumière exclusivement vers la fumée
  • de l’encens pour faire de la fumée (et de quoi l’allumer : briquet, allumettes !)
  • un appareil photo sur trépied avec un objectif macro (ou avec bonnette / tube-allonge) ; mais vous pouvez tester d’autres focales en fonction de votre matériel et envies.

Les mêmes réglages (ou en tout cas similaires) que pour les gouttes d’eau fonctionnent ici aussi !

Pour aller plus loin

Il est possible de coloriser ensuite les volutes en post-production ou encore de combiner celles-ci avec des objets pour donner des rendus plus dynamiques et originaux à ces derniers !

Quelques ressources sur Internet :

4 – Devenez schizophrène sans risque pour votre santé mentale

SFP_090627_1660-1662

Avec un peu d’imagination, il est possible d’avoir des rendus de « gueu-din » avec les photos composites ; par contre, la post-production est un peu plus technique que pour les premiers projets et vous demande de maîtriser les outils de sélection « avancés » dans Photoshop/GIMP.
A ce sujet, on voit d’ailleurs sur la photo d’illustration ci-dessus que j’ai encore des axes d’amélioration certains dans mes techniques de sélection ^^

La prise de vue est plutôt simple à réaliser et ne nécessite au minimum qu’un appareil photo sur trépied. On utilise le mode retardateur (ou un déclencheur sans fil pour se faciliter la vie) si le modèle est le photographe (inutile avec un modèle dédié ; mais en général on commence par soi, le photographe étant généralement un animal célibataire ^^ – troll inside ?)

La partie critique est le cadrage et le choix des différents endroits où vous allez poser, prenez le temps de bien réfléchir pour vous positionner de manière « maline », ça facilitera grandement le travail en post production : faites en sorte par exemple (pas comme ci-dessus ^^) de ne pas avoir de zones de recouvrement de votre corps entre les différentes positions, qui sont plus bien plus délicates à gérer en post-production.

Les jeux avec des miroirs sont des classiques et constituent un très bon point de départ pour se familiariser avec cette technique.

Pour aller plus loin

  • Réalisez des panoramiques d’intérieur ( voire des 360° si vous avez le feu sacré – et une tête panoramique :twisted:) avec le plus possible « d’exemplaires de vous » dans la pièce (valable aussi pour l’extérieur évidemment !!!)
  • Aux sports d’hiver, faites de la photo composite en utilisant les sauts aériens de vos potes en ski ou en surf (la vitesse de déclenchement et la vélocité du mode rafale deviennent stratégiques dans ce cas ! )

Ressource sur Internet :

Il y en a sûrement d’autres, mais je n’ai pas eu la chance de tomber dessus encore ; n’hésitez pas à me faire signe si vous avez des liens, j’édite avec plaisir !

5 – Concevez, fabriquez et utilisez votre propre appareil photo sténopé

SFP_121118_2556

Typiquement le projet à faire cet hiver si vous vous sentez l’âme d’un bricoleur / maquetteur et que vous avez envie de vous remettre doucement à la photographie argentique.

Il existe tellement de projets de modèles différents (petits, utilisant de la pellicule moyen-format ou directement du papier photo, au format panoramique, …) qu’il serait difficile de vouloir être exhaustif, je laisse d’ailleurs quelques liens ci-dessous à titre d’exemples absolument non exhaustifs 😉

Je ne vais pas vous faire un pas-à-pas détaillé de réalisation car il en existe déjà de très très bons sur Internet, et je n’aime pas faire du contenu à double 😉 ; par contre, voici quelques remarques tirées de mon expérience personnelle de réalisation :

  • La taille du trou (avec la focale bien sûr) que vous ferez va conditionner le rendu  final (et accessoirement le temps de pose).
    Le plus simple est de faire le trou avec l’aiguille la plus fine que vous trouverez dans votre kit de couture, mais vous n’aurez (en général) pas le diamètre du trou ainsi réalisé.
    Ce sera donc plus difficile de déterminer les autres paramètres (la focale étant donnée par la distance finale entre le film et le trou) avec un calculateur dédié
    (en ligne, ou en application Windows,  Android, Mac, iOS, Linux – aucun lien sponso, applis pas toutes testées, je me casse juste le c** pour aiguiller tout le monde (enfin à peu près 😉 ))
  • Il existe d’ailleurs des sites qui vendent des plaques déjà perforées avec les diamètres connus, mais ce n’est pas obligatoire de dépenser des sous pour cela dans un premier temps (vous aurez bien le temps d’y penser si vous accrochez au concept après quelques essais)
  • au niveau bricolage, j’ai bien aimé le carton-plume (prenez le noir mat si vous en trouvez, ça évitera de peindre) car c’est très facile à découper et à assembler (à la colle « blanche » liquide), mais vous pouvez utiliser ce qui vous parait le plus adapté à vos besoins.
  • Si vous devez peindre l’intérieur pour éviter les reflets, prenez impérativement de la peinture noire matte sinon cela ne servira à rien.
    N’hésitez pas à appliquer plusieurs couches en respectant les consignes du fabricant (en particulier les temps de séchage, les distances et CONDITIONS de travail)
  • Pour la pellicule moyen-format, la solidité du mécanisme pour dérouler le film est très importante ; j’ai galéré longtemps avant de trouver une solution acceptable sans être obligé d’usiner de la matière brute (non je n’ai pas de Tour 5N à la maison 😉 ) ou de dépenser des milles et des cents ;  j’ai au final pris des bouts de tube en cuivre très fins (diamètre extérieur de 4 ou 5mm de mémoire) assemblés ensemble par montage forcé à angle droit et collage (« Belt and suspenders » 😉 )
  • Comme les temps de pose sont en général assez longs (souvent de l’ordre de la seconde ou plus), la stabilité n’est pas un élément à négliger, surtout quand le montage est en carton plume et assez volumineux comme le modèle que j’ai réalisé. Je dois encore trouver une solution le lester afin d’éviter d’ajouter du flou de bougé au rendu sténopé 😉
  • Tant qu’on est au temps de pose, même avec les calculateurs indiqués ci-dessus, et a fortiori quand on ne connait pas le diamètre du trou réalisé, pensez à faire vos expériences au début pour identifier les temps de pose réels de votre objet fini dans différentes conditions de lumière (et prenez l’habitude de tout noter dans un carnet, ça facilitera le travail après le développement !!!)
    Une fois les paramètres techniques trouvés et l’ouverture calculée a posteriori, vous pourrez utiliser un posemètre pour vous aider à toujours avoir le temps de pose adapté.
  • Le développement ce n’est pas très compliqué (et il existe plein de tutos sur Internet), mais comme vous manipulez des produits chimiques polluants, les précautions de base s’imposent. On n’oublie pas NON PLUS de ne pas les jeter dans l’évier, mais de les rassembler et les emmener à la déchetterie la plus proche !

Pour aller plus loin

  • Il existe des moyens de « transformer » son reflex (numérique ou non) en sténopé, en utilisant un cache « trafiqué » avec un trou, pour les personnes qui ne se sentiraient pas l’âme de bricoleurs !
  • il existe également plein de modèles avancés ou de délires plus ou moins techniques ; n’hésitez pas à abuser des moteurs de recherche pour dénicher le projet qui vous convient le mieux !
  • Développez vos films argentiques réalisés au sténopé avec votre propre développeur fait maison à base de café (si si !) : le Caffenol ! Du DIY jusqu’au bout  !!!

Quelques ressources sur Internet :

[+1 – Créez votre livre photo « Best of de l’année »]

Malgré tout cela et vos recherches Internet sur les projets photo d’intérieur, vous n’avez toujours rien trouvé à photographier qui vous bottait

Qu’à cela n’Etienne (ouais je sais), faites le tri (plus ou moins drastique) de vos photos préférées de l’année et lancez vous dans un projet de livre photo (ou de calendrier pour l’année prochaine) personnalisé.

Cela constituera à la fois un très beau cadeau de Noël pour vos proches, mais également un magnifique souvenir pour vous ! Et, allez, rêvons un peu,  pourquoi pas un exemplaire pour chaque année et créer ainsi une série complète de « Best-of annuels »?

31 commentaires pour 5 [+1] projets photo d’intérieur pour un hiver au chaud

    • En vrai moi aussi, mais je voulais aborder le thème de manière un peu moins conventionnelle que ce que je fais d’habitude, comme on est 15 sur le même sujet au même moment 😉
      Après je suis aussi d’accord que par extension ca va pour tout le temps dès qu’il fait mauvais dehors et/ou grosse crise de flemme !
      Enfin d’accord également pour le site, mais c’est moins « photo-photo » quand même 😉

  1. Bonjour Sebastien,

    Bienvenue dans cette quatrième édition et grande première pour toi de @LaBoiteAPhotos !

    Un article bourré d’idées sympas. C’est vrai, en hiver on pense tous à « comment se protéger », « que photographier dehors », etc.

    Mais on peut aussi rester au chaud si vraiment on ne souhaite pas sortir. Merci pour toutes ces bonnes idées de photos dont certaines nécessitent un peu de matériel et de pratique, mais qui n’essaye point ne saura jamais faire…

    Aymeric

    • Merci beaucoup 😳
      Pour le matériel et la pratique, effectivement « c’est en forgeant qu’on devient maçon » (enfin il me semble).
      Cela dit, en dehors d’un flash commandable à distance (et encore ce bon vieux projo de 500W à 15€ pour commencer…) et l’équipement « macro » si on ne l’a pas au départ, le reste des investissements éventuels (quand ce n’est pas de la récup’) reste quand même tout doux pour le budget !

  2. Wahou merci pour toutes ces idées !
    Malgré la flemme, je vais tenter l’effort (de ouf) de sortir prendre en photo la neige.
    Mais je note toutes ces idées et je tenterai !

    • De rien.
      Oui sortir photographier la neige, c’est quand même plus sympa quand on peut (et quand il y en a pas loin), sinon ca peut compenser les jours de manque 😉
      Si tu tentes, n’hésite pas à venir partager tes résultats ici !

  3. Bonjour Sébastien !

    Wouahou, tu m’épates ! Quel article ! Plus complet et sympathique ce n’est pas possible 🙂 Un grand bravo pour ton implication et pour toutes ces idées fort fort fort sympathiques à retenir 🙂

    Merci 🙂

    • C’est également mon préféré du lot, même s’il demande de mettre les mains dans le cambouis.
      Reste que je dois encore trouver deux ou trois améliorations pour l’utiliser sur une base régulière !

  4. Je découvre ce blog grâce à la boîte à photos. Merci pour tous ces trucs sympas à expérimenter en hiver. A la vallée de Joux, qui est un peu la Brévine vaudoise, je devrais avoir le temps de tous les tester 😉

    • Alors bienvenue à toi Spiruline !
      Merci de ton passage 🙂
      La vallée de Joux devrait effectivement te permettre de faire mumuse ET dehors ET dedans pendant une bonne période, tu ne risques pas de t’ennuyer !!!

    • Hello Régis,
      Content que tu aies rigolé, c’était un des objectifs effectivement 🙂
      Merci pour les liens internet ; je crois effectivement que c’est un vrai plus, car le Net regorge de trucs et je n’ai pas toutes les connaissances possibles et imaginables 😉

  5. D’habitude l’hiver je suis assez frileux et reste bien au chaud, d’ailleurs l’hivers dernier j’avais essayé de faire quelques goûtes. mais cette année je vais essayer de mettre ne nez dehors pour avoir quelques photos hivernales!

    En tout cas merci pour ces petites idées .. et bienvenue dans le collectif La Boite à Photos

    • De rien, merci et bon courage si tu vas mettre le nez dehors !
      (quoi qu’en ce moment, ca pourrait être pire 😉 ; cela dit, techniquement, ce n’est pas encore l’hiver !!!)

  6. Je te remercie. Ton article me donne un sérieux prétexte pour ne pas pas bouger et affronter ce vent qui me perce les oreilles ( Je déteste les bonnets ). J’ai enfin une bonne excuse pour rester à la maison et tester de nouvelles approches de lumières. La lumière justement, c’est frustrant de ne pas avoir le courage ni le bon équipement pour tenir assez longtemps dehors car la lumière de l’hiver est magnifique et dessine des ombres superbes sur les bâtiments. Je devrais être à l’extérieur avec un petit boîtier qui tient dans la poche au lieu de me lamenter. Grâce à toi, j’ai tout un programme de travaux photographiques en intérieur à entamer et ma compagne ne pourra pas me réprimander d’abandonner les séries en cours. Merci.

  7. pas mal d’ idées intéressantes, pour ma part, je voudrai faire des photos haute vitesse, du style le ballon d’ eau qui éclate, une bille qui tombe dans de la farine … mais madame ne veut pas de ça dans la cuisine …

    • Hello, les avantages et inconvénients de twitter les anciens articles 😉
      Ca pourra être utile pour l’année prochaine au pire !!!
      De rien sinon 🙂

4 pings pour 5 [+1] projets photo d’intérieur pour un hiver au chaud

Répondre à Laurence Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge